Archive | c) POÉSIE SALE RSS feed for this section

Poésie – Benoit Jutras

24 Fév

Jean-Sébastien Denis, Amalgame # 13-03, 2013, technique mixte sur Mylar, 144 cm x 104 cm

Jean-Sébastien Denis, Amalgame # 13-03, 2013, technique mixte sur Mylar, 144 cm x 104 cm









Ma main de nuit est un ouvrage indien

ma main gauche n’est pas celle de ma mère

ma main droite est un requiem d’objets hantés

ma main d’amour est l’enfant aux cinq vies inverses

je me fais cerisaie joie des morts

garçon de pluie élevé comme un aigle

ensemble mes mains sont le poème du géant

tous les mouchoirs devenus empires

elles épellent le feu trois fois dix fois

elles disent détruis garçon détruis.


















Poésie – Murièle Modély

5 Déc

Moshe Gershon, Projectors, huile sur toile, 140x165 cm, 2012.

Moshe Gershon, Projectors, huile sur toile, 140×165 cm, 2012.





Le mouchoir

tu te dis
qu’en te mouchant
bien fort
ça va venir
oui, ça va venir
la morve
la morve oui, mais pas que
en soufflant très fort
ça va tomber
par petits bouts
bien drus
tu te dis ça
bien gras
dans le mouchoir
le chagrin
les fins de mois difficiles
la peur du lendemain
et ton gros cul t’as pris du poids
et tes petites trahisons et le type
qui t’avait même pas dit son nom
tu t’en foutais
t’en avais pas envie
t’avais ouvert les jambes
tu souffles par les narines
oui c’est possible
dans le mouchoir en étoiles
ta dernière cuite
tes larmes sans raison
la désespérante absence de sens
tu mouches tes allitérations
tes phrases en boucle
qui ne veulent rien dire
et ton cancer du sein
des ovaires
des poumons
celui que tu auras un jour
parce que tout le monde un jour
tout ça
dans la même glaire
en te mouchant c’est sûr
tout va gicler
c’est sûr
ça ira mieux
c’est sûr
quand t’auras vidé
ton crâne
tous tes os
complètement
récurés et lisses








Poésie – Noémie P.-Barber

4 Déc
Blake Daniels, Capricho № 81- ¿No le basta? (Isn’t it enough?), huile sur toile, 60"x44", 2013

Blake Daniels, Capricho № 81- ¿No le basta? (Isn’t it enough?), huile sur toile, 60"x44", 2013




                                    /passage obligé

                                                                        /nous               /les deux          /les multiples

antre fixe                                                         /l’infini en filigrane

catacombes de péril; de la lueur se protège

apathie d’une clarté ondulante                        /piqûre métallique du doute

il y a déconstruction d’un aveu

moiteur de notre trépas                                   /en rupture avec le tempo

désillusion émiettée

insulte à la vie

                                                                        /larmes aigres-douces

                                                                        /sanglots en ré mineur

                                                                        /plaies angulaires




révélation sous le luminaire

repartir avec les sons, avec les résonances dans nos tombeaux

quitterons-nous sans les idées justes, avec les lueurs figées des tourments

                                                                        /dans le ciment de nos arrière-pensées?

nos organes déambulent

spectateurs de cet épisode spasmodique

réalité fictive optionnelle                                /au conditionnel

je contemple la réfraction du désespoir

pour désapprendre

amertume sur le miroir élémentaire

transe partagée                                                /transcendance de la négation

carnage sous l’épiderme

la nonchalance de l’abîme nous déshabille

tu te fracasses sur la nuit                                /les chromosomes crassés




cassé le verbe cristallise la pensée                   /la parole comme rempart

l’écho de la collabo du tracas

chercher trouver les mots                                /l’acoustique pour s’exclamer d’exister

clémence en préambule

portrait de promesse                                       /poussière d’une proposition

prévision

privation pragmatique des émotions

sous étincelles                                                 /perdus par la collusion des crispations

recueils de chair en rocaille

chimie nucléaire                                               /néon soumis à la physique des particules

nous serons désormais gaz rare et solitaire

                                                                        /éperdument in despair




cet instant dérive                                             /l’espace s’étiole

mes atomes s’accrochent aux tiens

ceux qui font vibrer ta voix                             /ceux qui m’effraient quand tu penses

nous sommes néant dans l’entourage des nébuleuses

blessures invisibles                                         / celles indélébiles

celles qui s’empilent                                       /celles en granit

ces monuments de douleur qui t’emmurent

y’aura pas de postface si la rage cogne sur la lumière






Poésie – Gabrielle Tremblay

28 Nov

Axel Geis, Chandelier 3, huile sur toile, 240 x 180 cm, 2013

Axel Geis, Chandelier 3, huile sur toile, 240 x 180 cm, 2013





Broadway brûle



« J’avais le visage dans le ciel
le ciel dans le visage
le visage
le ciel
la mer part et revient sur le sable comme l’amoureuse qui ne sait plus rien que les phrases qu’elle répète
dans son ventre
»
s’égarer
la folie est douce pour la jeune fille
l’herbe s’incruste dans l’épiderme estival
le matin se déverse sur les corps dans la plaine
quelques gouttes de sueur s’immiscent dans le trait délicat de la poitrine juvénile et haletante
exhale l’odeur d’une rue déserte ;
que les pas de l’attente qui martèle un clitoris
et elle rêve longtemps
pendant que les autres brûlent
que les autres mangent
que les autres se glorifient dans la déjection
que les autres pourrissent
s’égarer
tout est disparu
n’a tu pas senti cette odeur amère émaner des pores de l’enfant prodigue ?
n’a tu pas senti ses lèvres trembler comme l’orage dans la clairière ?
fermer les volets
pincer l’air entre les lèvres moribondes
refermer le pouce et l’index dans la chair à l’abri de la pluie
quelques chiens ont trempé leurs pattes dans le fleuve
quelques chiens ont laissé sur mon cœur des gouttes de bave
tes doigts dans mon sexe ;
fusil qui mord les dents
s’égarer
te garder sous le sein
dans un creux humide et collégien
briser la vitre qui sépare le monde et l’aube
se retourne la terre pendant que la foule se retourne à l’intérieur de nous
s’égarer
qu’il est beau l’enfant mort hier
enfumé par la forêt asséchée
des vestiges de ses rires dans la boue
je le regarde longuement se bercer dans la nuit
couvert d’un placenta pourri jusqu’aux larmes
je regarde le pli labial et déconcertant de quelqu’un qui aime
des accords de peau et de liqueurs sur des papilles endormies
une tige verte émergera directement de son foie
une tige grande et belle qui atteindra le bleu de tes larmes
l’enfant mort
la tige
tes larmes
s’égarer
le visage
le ciel
où êtes-vous?
s’égarer
jouir derrière la mort
tous ces frissons que l’alcool n’a su dompter
fièvre
et toute cette sueur qui a détrempé mes robes
utérus
et tes pieds qui le piétinent
s’égarer
dans la gorge incendiée du mâle fou
jusqu’à la fin de soi et des autres
que se déchirent les muscles
se dissolvent les os
qu’il ne reste plus rien que le noir à broyer
à mettre autour des yeux comme l’ont fait les pleureuses des siècles passés
pour chaque cil encore intact le désir d’en faire un ouragan pour un homme
ce charbon dans lequel je m’y suis baignée ;
que tu me baises dans toute cette turbulence qu’est ma peau
ce noir à broyer
ma peau
ce noir
la foule
s’égarer
et ce train qui passe à travers mes reins
qui est passé de l’anus à l’oesophage sans s’arrêter au coeur
à qui ai-je consenti?
je ne me souviens plus très bien l’haleine qui t’a précédé
mais sa main
mais son corps portait les aurores boréales
mais la géométrie variable et sauvage de nos danses œdipiennes ;
tout ce bruit pour rien
s’égarer
le visage de l’enfant si doux
si pur
si blanc
si pulpeux
s’égraine ma chevelure entre tes doigts
s’égarer
la lumière du cadran éclairait ton visage
il était trois heures sur tes joues
mes cuisses ceinturaient ton torse ;
je dominais le monde
et que t’ai-je dit pour que tu me maudisses?
ai-je raison de laver les paumes ensanglantées du Christ en feu?
qu’ai-je fait sinon que de mourir devant les autres
au lieu de me terrer dans mon asphyxie?
s’égarer
jusqu’à ce que le corps soit un meurtre dans une chambre
dans une ruelle
dans une ville
la douche ; cette odeur détersive d’abricot avant de te rejoindre
sur le flanc comme l’animal happé par la vie
comme le garçon pleure la virginité et ne comprend plus rien ;
le grain de ta voix n’était plus le même
ta voiture ;
défile ce champ si horizontal
ce champ si plat que j’ai cru le bout du monde dans tes yeux
le gaz et la flamme dans un cylindre
arroser la viande
la retourner pour faire place aux pointes de la nuit sournoise
ton envie
ma bouche
ta joue vaincue par le tonnerre blond
s’égarer
mais c’est qu’il faut partir
ne pas laisser de traces
de rouge
s’égarer
vomir la résille comme le ver à soie devant l’immobile millénaire triste
presser ses paumes sur l’homme ivre ;
que ce qui en sorte soit le suc fertilisant la honte
le millénaire triste
la résille
l’amour laisse dans l’ozone un cri pestilentiel
emprunte tous les rivages qui coulent jusqu’à mon sexe
le féconde jusqu’à demain
l’ozone
le cri pestilentiel
il y fait averse entre tes jambes
pourquoi te sourire encore alors qu’il sera trop tard pour moi?
pourquoi laisser des vignes me trouer pour me rappeler le fruit qui roule de la pendue bucolique?
ce qu’elle a laissé habille la nuit et fait valser la jouvence
le temps passe
est-ce que j’ai grandi?
je ne sais pas
mais je suis vieille
plus vieille que l’érosion ;
tu ne me reconnaîtrais plus
s’égarer
deux amants ont traversé le pont
s’aimer puis partir
partir pour ne plus s’aimer
deux amants
la lèvre fendue ;
il n’y a de la place nulle part
le pleure devient un rythme familier
parallèle ;
juxtaposition de nos ombres dans la cour où le mur rejoint le poing
ça recommence
le visage
le ciel
où es-tu?








Poésie – Treveur Petruzziello

27 Nov

Daniel Domig, family, aquarelle sur papier, 34 cm x 42cm, 2004jpg

Daniel Domig, Family, aquarelle sur papier, 34 cm x 42cm, 2004





j’ai quitté ton lit

ton sexe m’a raconté sa mort

comme un enfant chuchote une comptine

tes testicules souffrent d’allergies

même sous des mouchoirs à lotion

c’est jour de cercueil en terre

ton sexe dévasté par une comitialité de désir

j’ai quitté ton lit sur la pointe d’un rêve

en chute libre




Poème Sale

Poésie - Création - Commentaire

trajectoires vers l'incertain

module d'exploration

Les Épuisés

Pour la libre diffusion des écrits épuisés ou pas trouvables.

LA SURPRISE

Surprise, mes mains sont dans tes pants.

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Terrain vague~

Rock /oblique/ sur CKRL 89,1 | mercredi 22::00

austylonoir

Blog centré autour de l'écriture.

Hoche'élague

Espace littéraire et photographique

Éclats et balbutiements

Accidents poétiques à coeur ouvert.

aesmithwriter

This WordPress.com site is the cat’s pajamas

i am so coquette

Choses que je comprends ou non dans cette vie.

Ce qu'il reste de nous

nulla dies sine linea

Littéraire Déchu

Analyses littéraires et vraies affaires

ils sont partout

L'écrivain boit son café chaque matin. On s'en fiche. Mais il le boit quand même.

Gabrielle Tremblay #prose

Vitrine sur mes oeuvres, prose éclectique, douceurs et brutalités. Contient des éléments qui pourraient ne pas convenir à tout le monde.

Librairie L'Échange

Livres, vinyles, CDs & DVDs d'occasion sur l'avenue Mont-Royal à Montréal

Madame Chose

Guide du bien-vivre à l'usage de la jeune femme moderne

TERREUR!TERREUR!

Centrale d'écrivains.

Ed's Hardcorettes

Envoyez vos photos à // Send your pics to edouardbond [at] gmail.com

Saint-Henri

A literatura é a maneira mais agradável de ignorar a vida. -Fernando Pessoa

DPLRD

ABRIS DE PARLURE | DANNY PLOURDE

Sylvie Isabelle

De tout et de rien. Juste pour le plaisir.

Taxi-Brousse

Pérégrinations d'une technomade

jazzyjazz

...métaphores peau et tic, textes pour adultes, poésies, haïkus, écritures de l'instant...

Paul Kawczak

lyrisme naïf et histoires mortes

Ressac artistique

RESSAC n.m. (esp. resaca). Retour des vagues sur elles-mêmes, lorsqu'elles se brisent contre un obstacle.

LUNETTES ROSES

pré[textes] artistiques et autres produits dérivés poétiques

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

La main cornue

Littérature et tout le reste...

Flo

La Photographie en Photo

A storytelling home

Modern tales of a messy abode

Who The Frack Is MarieLuneHB

A fine WordPress.com site

nepleurepaspetitefille

Just another WordPress.com site

On jase là !

A fine WordPress.com site

Coop Paradis

coopérative de solidarité