Poésie – Pierre-Rock Gravel

Un poème du poète qui se fait – pour l’instant – appeler Pierre-Rock Gravel. Quand le champ lexical des cailloux va jusque dans le nom:

 

Gros comme le bras

C’est gros comme le bras
C’est vrai comme chu pas là
C’est gros comme mon coeur
Sur la main
Qui traverse la rue
Avec un oeil qui saigne

Qui contemple les corps
Morts flotter
Qui ramasse d’la garnotte
Dans une brouette rouillée
Pis qui tire des poules
Avec un BB gun mouillé

Qui me scie les jambes
À grands coups de chainsaw
Me coupe le pinch sous le nez
Sans même me regarder
Me tranche la gorge
Un peu
Juste pour me niaiser

Qui m’arrache le coeur
Avec un couteau à beurre
Pis qui me laisse en plan
Le couteau planté dedans
Pis qui repart avec l’argent
Comme un coup de vent

Qui va faire d’la bouette
Dans son char de marde
Pis qui mange d’la viande
VIANDE SAUVAGE
Pis qui pèse su’l gaz
Pis qui s’arrêtera pas

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s