W – Bertrand Laverdure

LogicBoard23
Poème sale a demandé à 52 auteurs d’écrire sous l’influence du bavardage. Lisez leurs textes du 1er au 28 février 2013. Retrouvez les textes publiés antérieurement dans notre Table des matières



WIFI


L’air n’a jamais porté autant de sens qu’à notre époque.


On ne peut plus dire «ce n’est que du vent», «il n’y a rien ici», «les paroles s’envolent, mais les écrits restent». Car maintenant les paroles et les écrits ne font que voler.


Le Wi-Fi relève d’une magie technologique qui me surpasse. Comment une fibre d’air, un photon de lumière peuvent-ils paver la voie à une autoroute de l’information, à l’encyclopédie des savoirs humains sans que l’air soit chargé, encombré, pris dans un embouteillage d’une ampleur titanesque ? Je me le demande chaque minute de ma vie obnubilée par les communications, la littérature et internet. Je suis un ébahi continuel du Wi-Fi, du sans fil.


Se libérer des fils, couper l’ultime cordon ombilical qui nous lit physiquement à la machine, mais en être toujours branché, imperceptiblement, me semble un miracle que je ne m’expliquerai jamais.


N’y a-t-il pas là un prélude à une espèce de télépathie universelle, à la lecture des ondes du cerveau des autres ? Je me précipite dans le fantastique, me réfugie dans l’imaginaire de vieilles émissions telles Au-delà du réel ou The X-Files. Mes finauderies vous apparaissent alors telles de profondes rêveries farfelues. Mais dans le fond, je vous mens, j’essaie de rendre respectables des pensées qui me taraudent depuis l’invention du Wi-Fi. Si la télépathie est la transmission, sans-fil, des pensées d’une personne vers l’entendement d’une autre, à quoi saurait se différencier de cette définition l’utilisation du Wi-Fi ? Dans le fond je pressens que le Wi-Fi est le début d’une ère qui nous mènera, dans quelques siècles, au moment où les êtres humains finiront par ne plus avoir besoin d’émettre des sons pour s’exprimer : l’ère de la télépathie universelle.


J’imagine cette ère de la télépathie universelle avec le plus grand espoir. Une bonne partie de la littérature du vingtième siècle a tenté de rendre perceptibles nos monologues intérieurs, ce qui se déroule dans notre tête lorsque l’on pense sans parler. Saurons-nous un jour, à la mesure des ordinateurs d’aujourd’hui, télécharger le contenu de la pensée d’un autre, immédiatement, en le frôlant, en le côtoyant, en étant dans la même pièce ?


Les idées se bousculent dans mon cerveau au sujet du Wi-Fi. Et si l’air devenait un jour tarifable ? Et si un jour des entreprises obtiennent le permis de nous vendre l’air sur laquelle circulent nos pensées ?

 

Tout est étonnant dans le Wi-Fi. En parler en technicien désincarné me semble une immense faute de goût. Le Wi-Fi est plus qu’une technologie, il s’agit, selon moi, d’une question philosophique.

 





BL: Homme de tous les bois qui s’est chauffé chez plusieurs éditeurs. A publié, oui, oh mon Dieu qu’il a publié! Puis ensuite il a télévisionné, bloguationné, puis journalistiqué. En somme, il a été, il a écrit beaucoup et continue parce qu’il ne recevra presque rien à sa retraite. Tant qu’à faire.

 







Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s