Poésie – Marie-Andrée Gill

Stephen Dunlop, Young man after Frans Hals, huile sur lin, 2012
Stephen Dunlop, Young man after Frans Hals, huile sur lin, 2012




Une vingt quatre à taire


une vingt quatre à taire
dans la vallée de l’aluminium

feux d’artifices dans les yeux
dans le sexe  je
pense à toi

je suis le monde
comme il respire
et ce que j’invente
dans ton désir cannibale

je pense à toi
quand nos territoires
s’entrechoquent
quand ta viande me cascade
quand ta coulée de lave se love
tranquillement en moi

je

me

lirais

dans

les lignes de ta main
dans l’alignement
de tes soleils morts

tu es ma forêt d’épinettes noires
qui flambe dans les asiles
de mes vides
qui s’accumulent

je pense à toi
les idées noyées
ton chaos tes images
me remplissent le ventre

en attendant
une dernière gorgée
de travers

je réveillonne
dans tes yeux
où j’ai trouvé

un pays












Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s