Poème – A. Lermitova

Sarah Dwer, Mougouch, huile sur lin, 204 x 185 cm, 2012
Sarah Dwer, Mougouch, huile sur lin, 204 x 185 cm, 2012




Rossellini dans les shops des villages condos ou
poème d’une clé tombée du trousseau




Brossard année zéro
on erre les phrases climatisées
les sourires plywood
se recyclent au lave-vaisselle
se sèchent à la vapeur
des bains californiens
avec vue sur l’asphalte
on s’entraîne à scalper
les images
le 3d est breveté
exclusif à la séance
de trois heures trente
on empêche les craques
sur les vitrines on lit
danse-moi un peu
de culture qui s’emporte
comme du Benny
extra sauce extra piquante
on n’oublie pas la Tequila
sunrise avant Cuba
ou l’on s’étend
en bikini en tankini
brûle brûle les tout-compris
au fait j’ignore
quelle heure il est
à carton ville perchée
à la recherche de
qu’est-ce que les lumières
de qu’est-ce que ces feux
sur le boulevard à éteindre
la pensée mil arrêts pour s’assurer
la conversion alors
il faudrait bien camper
en plein cœur des ventes
sous les chapiteaux dire
en 36 langues sans intérêts
avons-nous l’air
d’un publi-sac

















Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s