Poésie – Charles Singher (bis)

Deux poèmes de Charles Singher, poète habitué de Poème sale. 

On peut le lire dans le numéro 21 de la revue française Dissonances, sur Salon Double, sur Le Crachoir de Flaubert et dans la revue Le Pied.

http://revuedissonances.over-blog.com/

http://salondouble.contemporain.info/lecture/un-journal-tr-s-utile

http://www.lecrachoirdeflaubert.ulaval.ca/2011/06/es-arts/

https://www.facebook.com/revuelepied

 

1.

J’avais besoin de nous

qu’on s’aime un peu les yeux bruns à travers une bouteille de Jameson

se sodomiser l’enfance perdue

placebo souvenirs de vacances

 

J’avais besoin de notre marelle de trottoir

en attendant janvier foutu à nouveau pour disparaître

 

et t’entendre me dire qu’on aurait dû naître durant le verglas

avoir le foyer immobile dans le sang

le voyage en rêve

entre nos corps

seulement

 

2.

Tamisée

la vie persiste

entre deux mains posées sur un comptoir collant

à demi achevée par la connerie des langueurs de samedis soirs

à coup de bières de bouche pâteuse

 

Des draps jusqu’aux tables toujours humides

Du bar jusqu’aux fantômes de dépanneurs

À coup de jours qui se leitmotivent

et pèsent

jusqu’à ce qu’elle ne persiste plus assez

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s