OFF et OFF-OFF Festival international de poésie de Trois-Rivières



À Trois-Rivières, s’est passé quelque chose…

Avant même d’y être, ça se sentait… il se préparait quelque chose de beau.

« poésie nouvelle, poésie rock, contes urbains, prose qui sonne, répliques de films d’action, Rambo c’t’un poème à tes oreilles »

Quand on tombe sur ces mots-là dans une description d’événement, ça regarde pas mal bien.

C’est swag (Clin d’œil à S. B-Gagnon) surtout quand ton motel te coûte 40$ chacun, même si ça sent la cigarette… jusque dans toilette!

Au bar Le mot-dit, se relayait une bande de poètes au souffle à scrapper tes lunettes en deux.

Malgré le party privé de Marcel, dans le fond du bar, qui fêtait ses 80 ans, et malgré le gars qui a demandé s’il pouvait jouer une game de pool pendant les lectures, la soirée fut à la hauteur de ses ambitions.

Il faut dire qu’avec Duo Camaro comme lubrificateur poétique, ça commence bien.


VICKIE GENDREAU
JEAN-SÉBASTIEN LAROUCHE
JEAN-PHILIPPE BARIL-GUÉRARD
DANIEL LEBLANC-POIRIER
VALÉRIE FORGUES
SÉBASTIEN DULUDE
PATRICK AUTRÉAUX
ASTRID APISSOGHOMIAN
SÉBASTIEN BOULANGER-GAGNON
LUCIE-CLAIRE BOUTOILLE
ANTHONY CHARBONNEAU-GRENIER 
SHAWN COTTON 
POÈME SALE


Avec l’OFF-Festival de poésie de Trois-Rivières, Érica Soucy, Pierre Brouillette-Hamelin et Alexandre Dostie ont créé un monstre versificateur, au Verbe imposant.

Vers minuit, après quelques bières, un concentré de la bande se dirige au Zénob. Déjà de l’extérieur on y discerne un enchaînement d’accords mielleux et de solo de clavier.

Adèle, quand tu nous tiens!

Après quelques commentaires désobligeants, un long aparté sur la question anglophone au Québec et un échange sur les propriétés chimiques du Bath Salt, nous avons suivi Jean-Sébastien Larouche qui s’est subrepticement insinué entre le clavier et le micro juste avant que le gars parte avec.

Le OFF-OFF-Festival de poésie de Trois-Rivières, dès lors, s’amorçait. Personne n’a posé de question. Tout le monde a écouté (et participé).

Sébastien Dulude a payé des shots – on s’est arrêté le temps d’une pointe – on a rejoint Carl Bessette dans sa chambre d’hôtel – ce dernier tenta sa revanche au tire au poignet contre Fabrice.

Disons que Bessette était en grande forme ce soir-là…

Le Motel Populaire nous attendait.

Trois-Rivières, on se voit l’an prochain!

(ou quand on va aller à Québec ou que nous prend une envie de pisser)


Poème sale

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s