I – Sébastien B. Gagnon

Circuit-Board-Layout
Poème sale a demandé à 52 auteurs d’écrire sous l’influence du bavardage. Lisez leurs textes du 1er au 28 février 2013. Retrouvez les textes publiés antérieurement dans notre Table des matières



Instinct


Je n’ai rien à voir dans le dédale des informations tendancieuses jetées continuellement aux spectateurs faisant se battre leurs yeux sur tous leurs écrans. Je suis pas mal certain qu’on peut trafiquer les idées et retirer des fiches en ligne comme on retrace un numéro d’assurance sociale. Je m’éternise sur les livres et pas sur les nouveaux médias plus ou moins sociaux qui agissent comme on l’avait depuis longtemps prédit: vendre les images de celles et ceux qui y répondent. Mais j’aime user de la recherche et de son surf pour la possibilité qu’ils m’offrent de buter sur un Auguste Blanqui et me faire découvrir les stratégies nécessaires à une prise d’armes, plans parfaits que je cherchais sans y penser. J’aime trouver l’endroit du grand plongeon et l’apnée qui suit, tant en rêves qu’en lectures, me fait remplir les coffres de ma tête avec les trésors que les pirates laissent un peu partout.

 

Bien que je ne sois pas convaincu de ce qu’il reste de concret quand la page est rafraîchie, la capacité de rejoindre le plus grand nombre en peu de temps m’étonne. Tant que ce genre de partage sera possible, j’essaierai de redonner l’essentiel ce que j’y prends sans nécessairement tout remettre en ligne. Je ne laisserai pas tout ce que j’ai à dire être soumis aux courts-circuits. Ça se retournera en actions, en vers, en images, en mouvements, avec l’aide de ce qu’il me reste d’intuition.

 

Je resterai devant la machine à écrire – et non à périr – pétrir, la tête libre (pleine ou vide) vite un flot de magie sans la retenue d’un filtre mais avec l’entonnoir de mes deux mains vagabondes et malines. Ce qu’il est advenu du web: des méga-corporations, échanges flous, informations personnelles volées et dévoilées, ruines et non-lieux numériques, parasites, intelligence artificielle, bibliothécaire sans lunette, définitions immuables, surabondance, baa bla di d’lo, la popularité, la récupération… demeurera équivalent en nombre à la quantité de trouvailles sommaires, résumées d’avance et faciles à digérer pour tous ceux et celles qui ne seront jamais prêts ni à plonger, ni à l’insurrection, ni à l’indépendance, ni à la liberté, pas plus qu’à l’anonymat et aux solutions d’échanges qui ralentissent le train.

 

À présent demeurera le bruit derrière la vitre sale de la page et aussi souvent que possible je me retirerai dans le chalet dans lequel Sa robe trônera sur une chaise et je fomenterai ce que mes investigations et amis écarlates auront mis de possible sur la table pour mieux revenir dans la foule. Comme l’enfant pose les bonnes questions, comme le chasseur malécite, par-dessus le bruit des fourmis électriques, j’en aurai l’instinct.





Sébastien B Gagnon — alias s*é. — invente son temps entre l’anarchitecture, la poésie et la musique. Il pense que toute la poésie n’est pas faite pour rester sur les tablettes et que certains volcans portent leurs pas. Il fournit des détonateurs.







Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s