M – Vickie Gendreau

4-layers-pcb-75771

Poème sale a demandé à 52 auteurs d’écrire sous l’influence du bavardage. Lisez leurs textes du 1er au 28 février 2013. Retrouvez les textes publiés antérieurement dans notre Table des matières



Matricule 728




Bernard Adamus a tout dit de l’actualité dans sa nouvelle toune. Il y a même une petite ligne pour toi, mon amour.


T’es parti avant que je me réveille ce matin. J’ai pas pu te raconter mon rêve. Je viens de faire un rêve érotique avec toi dedans. On était dans un canal avec des rats partout. C’était super romantique.


C’était comme dans La Peste de Camus. On se frenchait goulument. Par étapes. On suivait les étapes du canal. Ça me rappelait l’usine d’épuration d’eau que j’ai visitée quand j’étais petite. Il y avait plein de paliers. À chaque palier, on se frenchait plus. Je t’avouais que j’ai toujours voulu faire ça : te frencher en uniforme, te manger la figure d’autorité. Avec plein d’public. On pourrait reproduire ça en film porno. Faire du sexe un peu sado maso dans un océan de rats. Des rats avec des carrés rouges. Tu ouvres la pochette. Tu trouves une citation : « Le sexe appeal de la policière me fait mouiller devant derrière. » La toune de Sexy Sushi. Après la dédicace : « À tous les artistes qui ont de la misère à arriver, je lègue ces rats. » À la fin du film, on va installer un doute sur ta survie. On va te filmer en contrejour avec tous les rats qui te suivent. Le legs va avoir rapport. Tout le monde va être fasciné par notre relation. Tu vas me donner la fessée dans les deleted scenes. Comme Bukowski avec sa blonde.


Pis moi je vais aimer ça.
Je vais rester là.
Tout le monde va être fasciné.
L’artiste que l’on magane.
La culture québécoise que l’on matraque.


Je crois qu’on pourrait aller tourner ça à l’usine d’épuration des eaux que j’ai visité quand j’étais petite. C’était à Bellefeuille. Personne épure son eau la nuit. Même à Bellefeuille. La nuit, c’est fait pour les ébats. On va faire comme à la maison. Tu vas me promener en laisse comme d’habitude. Tu vas me faire sentir des bas pleins de sperme de politiciens. Je vais devoir associer le bon bas au bon politicien. Pour Pauline Marois, ça va être facile. Le bas va être rose et sec. Tu vas dire à la caméra que tu trouves qu’elle ressemble à une des madames sur les messages d’avertissements anti-tabac.


Les gens vont aimer ça que tu fasses une observation sur leur quotidien. C’est bon pour ton image. En entrevue, je vais dire que comme Martin Luther King, « I had a dream ».


On pourrait appeler le film Martin Luther Kinks.


Je pense tout haut là.
Je pense tout le temps à plein de choses.


I’ve been a very, very bad girl.
Give me a spanking Honey Boo Boo.
A very juicy kitty. A spanking, baby.
Juste ici and for your eyes only.
Nos chattes en HD.


Des rats plein le clavier.







Vickie Gendreau est née à Montréal en 1989. Elle a travaillé comme danseuse nue d’octobre 2009 à juin 2012, date à laquelle on lui a diagnostiqué une tumeur au cerveau. Elle suit présentement des traitements et possède à tout le moins une chambre à soi pour écrire. À l’automne 2012, elle fait paraître au Quartanier Testament, son premier roman. Elle travaille présentement à l’écriture de son deuxième livre, Cinéma expérimental.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s