Poésie – Philippe Chagnon

Scott P Ellis, Wild, Ripe and Ready for Plundering, collage on panel, 36 x 42 inches, 2008
Scott P Ellis, Wild, Ripe and Ready for Plundering, collage on panel, 36 x 42 inches, 2008





Sa main
s’avance vers
mon visage
le pouce entre l’index et le majeur
elle touche le bout
de mon nez
retire le tout
tout doucement
elle vole
mon nez.




Je lui ai dit
je t’aime
elle a entendu
j’ai chaud

On s’est déshabillé pareil.




J’roule mes cents
mes cinq cents mes dix cents
j’roule mes joints mes clopes
j’en ai fait du chemin
en roulant
sans char
sans but
le vent dans l’dos
la claque dans ‘face
la vie la vie
j’me serre la cenne
quand l’a vois arriver
avec son p’tit crisse
de sourire
en coin.




J’ai pas fait la vaisselle
elle est en crisse
j’ai écrit un poème
elle s’en fout

J’ai écrit un poème
sur la vaisselle
que j’ai pas faite

elle m’embrasse
pis la suite
c’tait fou en crisse.




Le soleil se lève
comme sur un dessin
de sac de pain

Le toaster me regarde
et dit
Vachier p’tit con

J’mangerai des céréales
même si ya ta photo
sur la pinte de lait passé date

Ce matin j’suis à l’envers
comme dans la face
de ma cuiller.




J’trade mon riz
pour d’la litière agglomérante
ça colle pas
pis ça goûte
le take-out cheap

J’me pacte la fraise
à coup de shakes à vodka

Midi

Pu jamais de
Public Enemy
le matin en me l’vant.




On dit
avant t’étais
comme si ou comme ça
pis maintenant
je sais pas
t’étais comme ça ou comme si
avant

Pis après
Tu seras comme si
Mais t’étais surtout
comme ça.




Silence on tourne
une first-take d’au moins
vingt-six ans

Dans le générique
y’aura merci papa
maman.




Assis au bord du lit
je revois défiler ma poutine
en sens inverse

Falaise municipale
étourdissements
le délit du Déli
les hot dogs aussi défilent

Avoir su
j’aurais pas donné autant
de pourboire.




L’eau gèle
ma douche coule le silence
comme un Titanic
pogné dans ses tuyaux

L’iceberg
c’était une salade.




Je me demande
ce que Picasso aurait dessiné
sur ses strudels.




L’avant-midi est longue
car tu m’as dit
«pas de vin tant qu’on a encore le goût
des céréales dans la bouche»

Je vais aller me brosser les dents.




Tu pokes la vie
mais est jamais connectée
en même temps que toé.




La vaisselle
est loin d’être faite
parce que j’suis assis
pis qu’je l’écris.




À force de tourner en ronds
j’vais peut-être arriver à quelque chose
à défaut d’aller nulle part

Si j’avais eu des sharpies
attachés sur ma jambe
le prélart d’la cuisine
aurait l’air
de Pink Floyd.







Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s