Poésie – Oslo Deauville

Véronique Savard, Nifoc, 2010-2011, acrylique sur toile, 183 x 183 cm http://www.graff.ca/galerie/artistes/savard.html
Véronique Savard, Nifoc, 2010-2011, acrylique sur toile, 183 x 183 cm
http://www.graff.ca/galerie/artistes/savard.html





Commémorisation


Nous aurions dû commémorer les visages imbriqués dans les plis – Nous aurions dû commémorer les actes qui ont été à coups de poing – Nous étions comme agglomérés – Les espaces agglomérés encore imbriqués dans les revers nous étions les actes visibles qui ont été – À coups de poing nous progressions creusés à coups de poing nous avions les visages imbriqués dans le tout l’ensemble et sa distance – C’était comme agglomérer des espaces encore des visages imbriqués dans les excavations – C’était commémorer des espaces espaces encore visages imbriqués dans les actes visibles qui ont été – À coups de poing nous progressions – Creusés à coups de poing nous avions les excavations le tout l’ensemble et sa distance – C’était commémorer des actes qui ont été – À coups de poing nous progressions dans le tout l’ensemble et sa distance – C’était comme commémorer dans les plis – À coups de poing nous étions si vivants – Si vivants les plis les actes qui ont été à coups de poing – Nous voulions creuser à coups de poing nous progressions dans les visages imbriqués dans les visages imbriqués et les revers – Nous étions les revers – Nous étions creusés à coups de poing – Nous avions creusé à coups de poing – Nous progressions si vivants les visages imbriqués dans le tout l’ensemble et sa distance – C’était commémorer les visages imbriqués dans les excavations – Si vivants les plis les excavations – Si vivantes les excavations – Si vivants les visages imbriqués dans les revers – Nous voulions comme agglomérer des espaces encore visibles – Nous avions le tout l’ensemble et sa distance – C’était commémorer les revers – Nous progressions comme agglomérés des espaces encore visibles – Nous progressions creusés à coups de poing – Nous avions dans le tout l’ensemble et sa distance – C’était comme agglomérer – Commémorer.




Oslo Deauville, autodidacte et instinctif, en quête de chants lointains, de rythmes pour dire, chanter, frapper rien qu’avec sa langue. Son blog.



Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s