Poésie – Roseline Lambert

 Reuben Cox, Sans titre, C-Print, 40 x 30 pouces, 2007/2010.

Reuben Cox, Sans titre, C-Print, 40 x 30 pouces, 2007/2010.




Morte

 

pulse moi
avec ta dernière seconde vivante
nos yeux sont collés en silence
pas de mots pas de gestes pas de sens

reste moi
une couleur vivante
pas le temps là pas là plus là
ta main qui part dans ma main

danse toi
dans mon rêve vivante
que tu brises de ton corps raide plissé délavé
fauché de près

laisse moi
tes yeux sont blancs sont là plus là
dans le vide
de toi

expulse toi
vive du grand feu
souffle pas le dernier
j’entends ça siffle là j’entends plus
rien

tu me meurs en pleine face

ta douleur part
ma douleur vient




Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s