Poésie – Noémie P.-Barber

Blake Daniels, Capricho № 81- ¿No le basta? (Isn’t it enough?), huile sur toile, 60"x44", 2013
Blake Daniels, Capricho № 81- ¿No le basta? (Isn’t it enough?), huile sur toile, 60"x44", 2013


                                    /passage obligé

                                                                        /nous               /les deux          /les multiples

antre fixe                                                         /l’infini en filigrane

catacombes de péril; de la lueur se protège

apathie d’une clarté ondulante                        /piqûre métallique du doute

il y a déconstruction d’un aveu

moiteur de notre trépas                                   /en rupture avec le tempo

désillusion émiettée

insulte à la vie

                                                                        /larmes aigres-douces

                                                                        /sanglots en ré mineur

                                                                        /plaies angulaires


révélation sous le luminaire

repartir avec les sons, avec les résonances dans nos tombeaux

quitterons-nous sans les idées justes, avec les lueurs figées des tourments

                                                                        /dans le ciment de nos arrière-pensées?

nos organes déambulent

spectateurs de cet épisode spasmodique

réalité fictive optionnelle                                /au conditionnel

je contemple la réfraction du désespoir

pour désapprendre

amertume sur le miroir élémentaire

transe partagée                                                /transcendance de la négation

carnage sous l’épiderme

la nonchalance de l’abîme nous déshabille

tu te fracasses sur la nuit                                /les chromosomes crassés


cassé le verbe cristallise la pensée                   /la parole comme rempart

l’écho de la collabo du tracas

chercher trouver les mots                                /l’acoustique pour s’exclamer d’exister

clémence en préambule

portrait de promesse                                       /poussière d’une proposition

prévision

privation pragmatique des émotions

sous étincelles                                                 /perdus par la collusion des crispations

recueils de chair en rocaille

chimie nucléaire                                               /néon soumis à la physique des particules

nous serons désormais gaz rare et solitaire

                                                                        /éperdument in despair


cet instant dérive                                             /l’espace s’étiole

mes atomes s’accrochent aux tiens

ceux qui font vibrer ta voix                             /ceux qui m’effraient quand tu penses

nous sommes néant dans l’entourage des nébuleuses

blessures invisibles                                         / celles indélébiles

celles qui s’empilent                                       /celles en granit

ces monuments de douleur qui t’emmurent

y’aura pas de postface si la rage cogne sur la lumière




Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s