Poésie – Murièle Modély

Moshe Gershon, Projectors, huile sur toile, 140x165 cm, 2012.
Moshe Gershon, Projectors, huile sur toile, 140×165 cm, 2012.


Le mouchoir

tu te dis
qu’en te mouchant
bien fort
ça va venir
oui, ça va venir
la morve
la morve oui, mais pas que
en soufflant très fort
ça va tomber
par petits bouts
bien drus
tu te dis ça
bien gras
dans le mouchoir
le chagrin
les fins de mois difficiles
la peur du lendemain
et ton gros cul t’as pris du poids
et tes petites trahisons et le type
qui t’avait même pas dit son nom
tu t’en foutais
t’en avais pas envie
t’avais ouvert les jambes
tu souffles par les narines
oui c’est possible
dans le mouchoir en étoiles
ta dernière cuite
tes larmes sans raison
la désespérante absence de sens
tu mouches tes allitérations
tes phrases en boucle
qui ne veulent rien dire
et ton cancer du sein
des ovaires
des poumons
celui que tu auras un jour
parce que tout le monde un jour
tout ça
dans la même glaire
en te mouchant c’est sûr
tout va gicler
c’est sûr
ça ira mieux
c’est sûr
quand t’auras vidé
ton crâne
tous tes os
complètement
récurés et lisses






Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s