Poésie – Franz Schürch

Alexis Lavoie, Découpe ( 7 ) : Parade, huile sur toile, 2011.






Les ombres ont paru il y avait des doigts

Aussi les miens la lumière derrière

Qui sait ce qui est à qui

Puisque c’est l’hiver et qu’ils tombent

Le feu était gelé c’est impossible

Si ce sont mes doigts ils brûlent

La terre est gentille

Quand elle a besoin de bouts ça donne des fleurs

Et après il n’y a rien d’autre






Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s