Poésie — Salomé Landry

Felix González-Torres, “Untitled,” 1991. Billboard.




(I)

La mort tatouée en eyeliner
Quand le Xanax ne fait plus effet
deux heures de plus à mon cadran
de plus à mes rides

Rien

Les couteaux au ventre se dire
Attendre à demain
comme s’il arriverait en sauveur
en un souffle
me tordant dans mon lit
Dors bien
qu’ils disaient
Sommeil réparateur angoissant

Forcée dans la chambre des folles je
me suis sentie en vie un peu
Plus qu’ailleurs jamais
n’ai-je autant hurlé contre
Pour la mince liberté de marcher
sur les trottoirs avec les autres
Comme si ça
n’était pas là


(II)

Ton sein pleure dans ma gueule
Tandis que je pleure dans la tienne

Sors d’ici – de là
Va-t’en
Pas si loin

Pas comme ça



Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s