Poésie — Jean-Guy Forget

Robert Smithson, Untitled [less work for mother”:telephone cord spells “hello”: man on orange blob],1963.



fin de saison


smack that akon en écho
le centre-ville s’écaille et j’oublie
les instructions pour vieillir
je suis encore hangover
encore barbouillé de mort sèche
ma mémoire s’empoussière
sur les racks à liquidation
sur les miroirs qui me renvoient
le temps passé à me perdre
le luxe de prendre la grande cabine
pour vomir mes veilles

le centre-ville fait peau neuve
sa misère elle garde ses bebelles
sa casquette du ch numéro 39
son verre tim circa 2016 le rebord long gone
j’essaie d’oublier et de marcher
arythmique je n’arrive pas à focus
ma main tremble et mes sos ont des fautes
je continue de scroll down d’espérer
que je ne braillerai pas toujours qu’on m’aime encore
quand deux cent personnes regardent ma story
je sais qu’à la surface tout va bien
même si montréal croule de l’intérieur

chaque matin le centre-ville ferme un peu plus
les boutiques s’exilent à l’unisson
la toune se répète depuis douze ans
je me demande combien d’années
on peut passer à se faire croire
que tout va bien qu’il reste un peu de soi
quand même notre façade fait faillite


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s