LE FUTUR — Alice Baylac






Quand ma vulve aura mille ans
que mes poils ne seront que des poils
ni d’homme ni de femme

des poils
si longs sous mes bras
si longs sur mes cuisses
si longs
que je les peignerai
peut-être les tresserai
m’en ferai des couettes

quand on me rendra mon corps
que je réclame
je serai une forêt
et j’inviterai d’autres sexes à boiser
mon lit

ce sera comme ici maintenant
mais pas comme ici maintenant
ce sera comme ici maintenant
mais pas comme ici maintenant

quand j’aurai une vulve de mille ans
je promènerai ma chatte angora sur les berges
l’été de mes milles ans
ou trottinerai topless mes dimanches matins
mes seins plop plop à chaque foulée

et personne ne regardera mes tétons dans les yeux
mais mes tétons regarderont tous le monde dans les yeux
leurs crinières de poils drus dans le vent

quand j’aurai une vulve de mille ans
j’irai placarder mon désir sur toutes les peaux
amies ou ennemies
continuer ma politique d’édredon



Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s