Poésie – Hugo Beauchemin-Lachapelle

Ce poème n’est pas approuvé
par le Ministère de l’Éducation,
du Loisir et du Sport du Québec

Remarquez ici l’énumération
qui est une figure d’accumulation
alors que sont accumulées les sphères
de compétence ministérielles
comme on accumule des boites
dans un panier d’épicerie
ou les contraventions quand
on manifeste à Québec

Remarquez ici la comparaison
entre les mandats d’un ministère
et l’aliénation quotidienne
Ce rapprochement met à jour
leur ignominie commune
lorsque les procédures grugent
l’indépendance de la pensée

Remarquez ici la métaphore
ou bien la personnification
l’un ou l’autre est accepté
en autant que l’on remarque
doctement que les procédures
ne peuvent pas gruger la pensée
ce n’est pas difficile il suffit
de ne pas avoir d’imagination

Remarquez ici l’anaphore
qui ouvre chaque strophe
comme l’employé qui ouvre
le magasin chaque matin
comme la répétition l’anaphore
est une figure de redondance
à laquelle on est contraint
quand on est à court d’imagination
mais qu’il faut vivre quand même

Remarquez ici la morale
sur laquelle est supposé se clore
ce poème éducatif comme un manuel
elle invite le lecteur à inventer sa vie
plutôt que de suivre les règles
émanant de l’instruction publique
qui forme le troupeau des travailleurs
en les dépouillant de leur sensibilité

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s