Poème – Alice Michaud-Lapointe






Uggs


C’est pas ta faute,
Personne a pris le temps
De t’apprendre, toi.
À nouer tes lacets.
On t’avait acheté des velcro à l’époque
Pour que ça aille plus vite
Pour pas tomber
Tu disais tout bas
C’est comme deux diachylons
Toujours prêts
À se faire arracher sec.


Tes gales qui clignotent
Par intermittence
Sailor Moon
Princesse Disney
Power Ranger rose
Joue. Pas. Avec.
Les plaies d’aujourd’hui.
Les cicatrices de demain.
C’est dangereux
Tu sais pas encore
Faire la différence
Entre les cloche-pieds
et les croche-pieds.


Plonge tête baissée
Dans le bac
À objets perdus
Sous le poids des oublis
Tu penses
Mon dernier souffle
Sous une boîte à lunch dégonflée
Un Ice-Pack tiède.
Un Ziploc qui suinte la vieille mie
Non, redresse-toi, dégaine, dé-marche.
Ils rient avec toi.
Tu diras au prof de gym
Qu’on t’a encore volé tes espadrilles.


Le temps passe
Et puis tu changes de pointure.
C’est serré, ça frotte, ça rape la peau
Trop de paires
Pareilles
Usées
À la corde.
Fille,
Qui t’as fait croire
Que le velcro scellait
Quoi que ce soit ?
C’était pas dans la garantie
Trouver chaussure à son pied.
Et les cailloux savent toujours
Comment faire leur chemin
À travers ta semelle.


Heureusement, les talons
Aident à grandir.
T’en casses un en glissant dans le jus de plancher de canneberge
Un autre en sautant trop fort sur du House of Pain
Le dancefloor
À vol d’oiseau
Cuirette croco 100% Entrepôt Globo
Déchausse-toi,
Les filles nu-pieds, les filles comme toi
Dansent ainsi,
Elles sont invincibles
Peu importe si elles confondent encore
Le verre et le vair
Elles sont parées à toute épreuve
Sont mêmes capables de faire exploser
Dans les toilettes des bars
Les ampoules
Avec leurs talons aiguilles.


Les stilettos cassés dans le banc de neige
Tu marches, tu boites, tu titubes, dans le désordre
Essayant de tenir ton port de fesses
Malgré tout
Et tu les regardes traverser
Rire sur Saint-Laurent
Avec leurs Uggs chères
Made in Australia de pays chaud de marde de saison inversée de fourrure de kangourou musqué doublée anti-dérapante waterproof
Tu te dis qu’elles, elles chutent sûrement pas
Que leurs lacets sont jamais détachés
Et qu’il faudrait pas
Que le froid s’installe trop bien
Qu’il vaudrait peut-être mieux
Vomir un peu
Parce qu’au moins ce serait chaud
Et apaisant.
Comme un feu de foyer qui allumerait
Ta gorge de mégots.


Tes amis sont partis depuis longtemps.


Dehors il reste juste
Des filles comme toi,
Des Malibu Stacey de gadoue
Des anges de Ladies Night qui ont perdu
Des morceaux
Au vestiaire
Et qui tournent, tournent,
Comme des derviches déshabillés
En attendant
De trouver un volontaire,
Une nouvelle paire,
Qui leur ferait peut-être moins mal
Cette fois.








Elle collabore aux Méconnus ICI
et à Poème sale ICI





Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s