Poésie – Sébastien B. Gagnon

Nathalie Savoie, Canvas, 2011
Nathalie Savoie, Dérive, 2011


mille froids



mille feuilles mille froids
le ghetto marche l’ampoule panique
ce lit désuet
où je rêve encore de prendre son cul parfait en cuillère
songe de pâtisserie
la pâte foncée comme du sable mouillé


j’ai fait peur au monde
refusé les avances des morsures c’est pas pour rien
dans un bloc de sel dur perdu mes ongles pour la suivre
tu vois bien qu’y me reste rien à manger
rien à croire
et qu’ils ont enlevé le téléphone public qui était dans le corridor


les dentelles s’effacent en boucane
le plancher refroidit les attentes


elle dégouttait sur le plancher comme une bonne ma belle cambrée farouche
tremblait comme les arbres trempes quand on leur donne des coups d’hache
des coups d’hache je dis
c’est quand même pas rien
mercredi pourra pas accoucher de novembre
c’est ma fête en novembre mais là c’est l’été qui s’en vient trop pas vite


la brume monte et mon quartier est déjà rendu à la mer
il est temps que je quitte l’immeuble en plongeant








Sébastien B. Gagnon a publié Revolt and disgust poems mostly written in english by an indépendantiste aux Éditions Rodrigol ICI







Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s