Poésie – Jean-Michel Lavergne

Greg Rook, And this, too, shall pass away 2, Huile sur lin, 152 x 198 cm, 2009
Greg Rook, And this, too, shall pass away 2, Huile sur lin, 152 x 198 cm, 2009




La tête chargée de longs silences tu dors, cuillère de bois triste, hippocampe de verre brisé. Il ne reste plus rien de la nuit, un court soupir de retard, chandelles éteintes, céramiques anciennes, argiles trouées, cassées, jetées au fond de l’armoire. Ton souffle impur dans l’air froid du matin, bête à cornes à la fenêtre, soif d’abandon, cimes incertaines, horizons brumeux. En bordure du sentier, mon pied s’enlise, s’enfonce. Terre neuve, terre meuble. J’entends le bois qui craque, les murmures enfouis. C’est lui, monstre lucide. C’en est fait du hasard. Et quoi encore ? Je marche, j’avance. Je n’ai plus envie de t’attendre.










Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s