Samuel Mercier – Les années de guerre

kandahar_oldcity

il avait creusé depuis longtemps déjà
une tranchée dans sa cour
dans laquelle il attendait

l’ennemi approche, tu le sais, l’ennemi approche
ils brûleront le centre commercial
et son parking

arracheront l’herbe du terrain de baseball
pour y planter du sable
et sacrifier des moutons

et dans tes yeux, oui, dans tes yeux
je la vois déjà belle et fumante
Kandahar sous les bombes
est comme une fleur au printemps

celle qu’on achète
et qui jamais ne se fane




Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s