Poésie — Hugo Beauchemin-Lachapelle

James Zamora Chili Cheese, acrylique sur toile. 2015.
 
 
 

Les franchisés

 

La capitale du Canada est Ottawa et celle du Québec

est à deux heures et demie d’autoroute de sa métropole,

mais la capitale du bonheur se trouve à Sainte-Julie,

en banlieue de Montréal, en banlieue du monde, à l’ombre

d’une montagne et comme perdue parmi les champs.

 

On raconte qu’une nuée de restaurants s’est posée là

et, se trouvant si bien à l’orée de la 20, y a établi son nid.

 

La route, comme une rivière, comblait leur appétit pour les jeunes

familles, attirées loin de la ville méchante ou des campagnes

mornes par les couleurs vives de leur plumage de plastique.

 

Un pacte se noua entre eux et bientôt un viaduc couronna

leur alliance. Les restaurants allaient fournir la nourriture,

la détente et une occupation constructive à la jeunesse

alors que les jeunes familles fourniraient la main d’œuvre

et le capital pour maintenir en vie ces fondateurs bienveillants.

 

Leur union engendra un rêve de tranquillité, de volupté ;

le bonheur naquit à vingt minutes de voiture de Montréal,

où le râle de la condition humaine est suffisamment éloigné

pour s’entendre soupirer d’aise dans sa piscine hors terre.
 
 
 

Une réflexion sur “Poésie — Hugo Beauchemin-Lachapelle

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s