Poésie — Emmanuel Deraps

Larry the Lobster, 1979.





j’ai lu quelque part qu’il fallait le tuer
et moi je répète le père



on m’a dit que je gagnerais
à me trouver des modèles
et autres idoles
quelqu’un qui me ressemble
à qui m’identifier

mais je suis d’une longue ligne
de pêcheurs et de bouches pleines
qui prononcent en tournant les coins ronds
quand vient le temps de s’évider
le crabe ou le homard
à l’heure du souper
je viens
d’une longue lignée d’ébénistes
qui n’ont jamais su tenir
un crayon
parce que leurs pouces sont restés
coincés dans la machine

je n’ai jamais connu d’anne de réjean
de michel ou de gaston ayant porté
mon nom
je n’ai qu’une fausse famille
à la charpente croche et l’épellation écorchée
hameçons et brin de scie
de sophie à rébecca
on me rappelle que j’ai dû me chercher
un nom libre de droits

ici en toutes lettres
j’écris le mien
et c’est peut-être
la première fois que j’arrive
en premier




Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s