LE FUTUR — Alexandre Dubuc






amphion

calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur

Stéphane Mallarmé





à tendre l’en-venir où se mirent les étrusques
baumes des idiomes mourants aux lunes fauves
(ma lame mise au coeur de telles vérités brusques)
l’audace d’un silence semble plus doux qu’alcôve

ivre. l’onde invisible propulse au gouffre pierres
et animaux. lac que nimbe l’onde soyeuse et
fantasque d’un halo évanescent. la prière
silencieuse songe aux grandes folies creusées

au sein du jeune abîme éperdu. la lame émet
des sons iridescents qui enchantent l’indolente
enivrée menacée d’émerveillements. l’âme est

songe multicolore d’où la lente galante
émerge vibrante et divine. au coeur de la femme
émue se dérobe l’hiératique lingam.



Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s